La Scientologie a-t-elle des doctrines concernant le paradis ou l’enfer ?

LA SCIENTOLOGIE A-T-ELLE DES DOCTRINES CONCERNANT LE PARADIS OU L’ENFER ?

Les scientologues croient que les gens sont des êtres spirituels immortels qui ont vécu avant et vivront après, et que leur bonheur et leur immortalité futurs en tant qu’êtres spirituels dépendent de la façon dont ils se comportent à présent. Comme L. Ron Hubbard l’a écrit dans Scientologie : les fondements de la vie :

« Il est évident que ce que nous créons au sein de nos sociétés au cours de cette vie-ci nous affectera lors de notre prochaine vie. Cela n’a rien à voir avec une “croyance” ou une “idée”. En Scientologie, nous ne cherchons pas à forcer les gens à arriver à certaines conclusions. L’individu fait l’expérience de ces choses par lui-même. Et à moins qu’il n’y parvienne, personne ne s’attend à ce qu’il les accepte. 

« Que notre au-delà soit notre “prochaine vie” modifie radicalement notre conception générale de la destinée spirituelle. Il n’y a de dispute avec les dogmes d’aucune foi, étant donné qu’aucune religion n’affirme ni avec précision ni uniformément que nous nous rendons immédiatement dans un paradis ou un enfer. Il est certain qu’un individu, dans la vie suivante, fait l’expérience de la civilisation qu’il a contribué à créer. Autrement dit, l’individu revient. Il a une responsabilité par rapport à ce qui se passe aujourd’hui, car il en fera l’expérience demain. »

Le sentiment de la responsabilité sociale est renforcé lorsque, dans le cadre de la participation aux services d’audition et de formation, les scientologues parviennent à la réalisation qu’ils sont véritablement des êtres spirituels qui ont vécu avant et vivront après. Le corollaire de cette prise de conscience est un niveau d’éthique et de morale plus élevé. Le monde que l’on crée aujourd’hui est le monde dans lequel on revient demain et on vit avec les fruits de ses travaux ou les résultats de ses transgressions dans les vies futures. 

Ce n’est pas un simple concept abstrait concernant l’état futur de la société. Cela s’applique aussi directement à sa condition spirituelle. Un précepte fondamental de la Scientologie est que les gens sont fondamentalement bons, mais sont devenus aberrés par le contact avec l’univers physique et donc commettent des actes nocifs. Ces actes réduisent la conscience et l’aptitude de la personne et se retournent contre elle sous la forme d’une spirale descendante de malheur et de misère. Grâce à la Scientologie, une personne peut faire face à ses actes, en assumer la responsabilité et arriver de nouveau à connaître la vérité et en faire l’expérience. 

La Scientologie cherche à inverser cette spirale descendante et à atteindre la liberté spirituelle au niveau de l’individu et de la société dans son ensemble.

La Scientologie partage le but de salut spirituel de nombreuses religions comme le judaïsme, l’islam, le christianisme, le bouddhisme et l’hindouisme. Bien qu’en Scientologie les termes pour atteindre le salut soient différents, le but spirituel de sauver l’âme est une idée commune qu’elle partage avec de nombreuses confessions.